Le double esprit

Jésus disait : « si vous ne redevenez pas comme les petits enfants, jamais vous n’entrerez dans le royaume des Cieux » (Matthieu 18, 3).

Par cette phrase, il nous dévoile simplement que les petits enfants n’ont pas ce double esprit, car ils « voient » Dieu en tout chose, parce qu’ils n’ont pas appris à « penser ou peser », c’est-à-dire à voir les choses bonnes ou mauvaises, laides ou belles, etc., à faire la différence entre le Bien et le Mal, c’est-à-dire « toucher » à l’arbre interdit par Dieu. Ils sont Un avec Lui, un seul Esprit. L’enfant se repose sur son Père (l’Esprit) qui s’occupe de tout et il se laisse guider.

« Je te loue, Père […] parce que tu as caché cela aux sages et aux intelligents, et l’as révélé aux enfants » (Luc 10, 21).

Jésus nous révèle que l’éducation des Hommes est un obstacle pour « voir » Dieu et comprendre la Parole. Cet apprentissage obligatoire nous demande de retenir les faussetés inventées par l’Homme et d’oublier l’enseignement de Dieu. Pourtant, la Parole nous explique le fonctionnement de la Création, nous rend libre de nos liens et des idées fausses.

Si l’enfant, en grandissant, est « contaminé » par l’esprit impur, c’est parce qu’il copie le « modèle » proche de lui et qu’on lui montre à évaluer les choses comme si elles étaient « à l’extérieur » de Dieu, alors qu’elles subsistent « dans » l’Esprit et sont toutes égales et parfaites. Le monde est alors « vu » d’une manière idolâtrique, et c'est ainsi depuis Adam et Ève. 

La conséquence directe est qu’il se crée alors une séparation (voir Jacques 1, 8). L’esprit unique se sépare virtuellement en deux et un esprit personnel fictif (moi, ego) apparaît qui veut faire sa propre loi en éloignant son Père.

Si nous doutons de l’Esprit, nous nous coupons de Lui. Tout ce que nous voyons ou tout ce qui nous arrive paraît alors séparé de Dieu. Nous ne le voyons plus dans son action. Quand nous nous inquiétons ou que nous ne sommes pas satisfaits, nous doutons que Dieu s’occupera de nos besoins et de Lui, car il est aussi Nous. Il faut donc prier, calmer nos pensées et nos émotions. Il faut faire confiance ! Donc, par bêtise, par ignorance ou par le rejet des Écritures saintes, les gens s’égarent et s’opposent à Dieu. Ils ne veulent surtout pas que Dieu agisse, ils veulent garder leur indépendance courant ainsi le danger de mort.

Voici un exemple dans la Bible : avant sa mort, Jésus aurait pu s’enfuir ou se protéger par les armes comme le voulaient ses apôtres (Jean 18, 11), mais il a choisi de faire la Volonté de Dieu sans se laisser rebuter. S’il avait choisi de faire le contraire, il se serait coupé de l’Esprit, il aurait fait sa volonté propre, comme la plupart des gens de son époque et de la nôtre. Parce qu’il connaissait les Écritures, il savait qu’il devait suivre le chemin que Dieu lui avait tracé. Il a prié avant sa mort que Dieu l’épargne, mais ce n’était pas la volonté de Dieu. Il a donc remis sa vie entre ses mains (voir aussi Hébreux 12, 2-4).

Notre Père ne nous demande pas de grandes études pour croire en Lui. Il faut seulement comprendre que tous naissent de l’Esprit, qu’ils apparaissent directement par sa Volonté, qu’Il est Seul et qu’Il est tout et tous à la fois. C’est voir que rien ne dure (vide d’être) et que toutes les choses ressemblent à celles que l’on voit en rêve : vanité des vanités, tout est vanité et poursuite de vent ! (l’Ecclésiaste 1, 2 et 1, 14).

« Vous êtes des dieux », dit Jésus, pourtant notre éducation nous dit que nous venons de la chair, du sang et que nous descendons du singe ! Alors que c’est par le vouloir de l’Esprit que nous existons et que nous sommes faits à son image ! Trouvez l’erreur !

La Parole de Dieu nous aide à revenir à la Réalité et c’est la seule chose qui compte ici-bas. Jésus dit : « Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront pas ». Ces paroles fiables constituent l’enseignement qu’il fallait montrer et transmettre afin d’ouvrir les portes du ciel.

« Entretenez sur le Seigneur de droites pensées et cherchez-le d’un cœur sincère ; car il se laisse trouver par ceux qui ne le tentent pas, il se fait connaître de ceux qui ne lui refusent pas leur foi. » (Sagesse 1, 1-2). Vous verrez Dieu, il sera votre refuge et le Père sur qui vous pourrez toujours compter.

Il est possible de connaître Celui que l’épître aux Hébreux appelle « l’Invisible » (11, 27).

C'est par la foi que nous connaissons Dieu.