La parabole du semeur

La parole du semeur est une parabole importante, car Jésus nous indique que le chemin de la perdition est spacieux et que seul le chemin étroit mène à Dieu. Elle nous dit que nous pouvons à tout moment changer de voie, soit à cause des soucis et de la richesse, soit parce qu’on met de côté Dieu, soit par manque de persévérance (Matthieu 13, 4-23). Il y a d’innombrables façons de manquer le bateau, mais il n’y a qu’une manière d’aller à la « rencontre » de notre Père.

Certaines personnes croient que Dieu les met de côté, mais ce n’est pas Dieu qui vous oublie, qui ne répond pas ou qui s’endort, c’est vous qui l’oubliez, qui l’éloignez par votre mauvaise vision (idées fausses ou émotions), par vos pensées qui vagabondent pour voir si « ailleurs » c’est mieux (voir la chute et les illusions). Vous vous faites prendre aux pièges du monde et vous voyez de moins en moins le Créateur parce que la Création est devenue trop importante à vos yeux. Vous prenez le volant à la place de Dieu et vous vous demandez pourquoi il ne conduit plus !

Pourquoi Jésus parle-t-il avec des images, des paraboles, des histoires ? Parce qu’à certains a été donné de connaître les mystères des cieux. Mais c’est une injustice, me direz-vous ? En apparence, on peut penser que c’est une injustice, mais non, ce n’est pas injuste, car Jésus ciblait un public particulier, ceux qui voulaient revenir vers le Père, qui reconnaissait la Parole de Dieu et le berger qui l’annonçait.

Les écritures juives et la prophétie d’Ésaïe en 6, 9-10 avertissaient Jésus qu’une catégorie de gens ne voudrait pas comprendre la Parole et la mettre en pratique pour toutes sortes de raisons mondaines. Ces gens ne pouvaient pas comprendre les images, car leur cœur était fermé à la compréhension. C’est la même chose maintenant à notre époque, la Parole agit de la même manière.

« Rends insensible le cœur de ce peuple, Endurcis ses oreilles, et bouche-lui les yeux, Pour qu'il ne voie point de ses yeux, n'entende point de ses oreilles, Ne comprenne point de son cœur, Ne se convertisse point et ne soit point guéri ».

On comprend mieux pourquoi la Parole touche certaines personnes et pas d’autres par cette explication d’Ésaïe, dans Matthieu 13, 11-23 et la suite. Le jugement est donc sans erreur, car c’est ce que vous pensez de la Parole qui vous jugera. Ce n’est pas Dieu, ni Jésus qui vous juge, ni les autres, mais c’est vous-mêmes ! Si Dieu connaît toutes vos pensées, c’est que vous êtes Un en Lui.

Il faut bien comprendre que ces personnes ne souhaitent pas changer, ne voient pas d’obligation ni d’intérêt à le faire et ne souhaitent pas avoir foi en Dieu. Il y a aussi le facteur qui prédomine maintenant et qui est l’inconscience du danger (la mort spirituelle) et le manque de culture biblique à cause de l’éducation des hommes, laquelle a éloigné Dieu jusqu’à prendre sa place (l’Adversaire).

Quelquefois, des gens empêchent d’autres personnes de croire en Dieu ou les induisent en erreur et ferment ainsi les portes qui mènent à Dieu. Certains pays empêchent leurs citoyens d’aller vers la foi et certaines églises (nouvelles ou pas) induisent les gens en erreur pour promouvoir leur doctrine propre en falsifiant les écritures ou en changeant le sens. Jésus l’a bien dit : « si vous n’êtes pas avec moi, vous êtes contre moi ». Empêcher les enfants de Dieu d’accéder à la connaissance est lourd de conséquences…

Seul celui qui aura reçu la semence dans la bonne terre comprendra les Écritures. Celui que la Parole touchera aura l’Eau (la connaissance) pour étancher sa soif. Il aura le goût à son tour de parler de la Parole à ceux qui le veulent bien (sans forcer la foi, car Jésus n’a jamais obligé qui que ce soit à changer) afin que tous sachent la Vérité. C’est cela « donner » du fruit et le grain, c’est Vous !

« Celui qui a reçu la semence dans la bonne terre, c'est celui qui entend la parole et la comprend ; il porte du fruit, et un grain en donne cent, un autre soixante, un autre trente ».

Dans Marc 4, 30-33, Jésus explique à ses disciples et aux gens que le Royaume de Dieu est COMME une minuscule graine qui grandira et quand l’arbre sera mature, tous les oiseaux du ciel (tous les enfants de Dieu) pourront y vivre sous sa protection.

« A quoi comparerons-nous le royaume de Dieu, ou par quelle parabole le représenterons-nous? Il est semblable à un grain de sénevé, qui, lorsqu'on le sème en terre, est la plus petite de toutes les semences qui sont sur la terre ; mais, lorsqu'il a été semé, il monte, devient plus grand que tous les légumes, et pousse de grandes branches, en sorte que les oiseaux du ciel peuvent habiter sous son ombre. »

Je vous souhaite à tous d’être cet oiseau qui sera libre de vivre avec Dieu !